Perles et huitres perlières : Découvrez les secrets de ces pierres éclatantes

La valeur des perles ne dépend pas exclusivement de leurs qualités, de leurs formes ou de leurs couleurs, mais de la combinaison de ces 3 principaux critères. La perle est harmonieusement mise en valeur par des créateurs bijoutiers, comme Gautrey Paris, qui savent tirer parti de ces trois caractéristiques. Les perles naturelles sont si rares à trouver dans la nature que la plupart des perles vendues aujourd'hui sont cultivées.

Perles d’eau douce (Cumingi de Hyriopsis) : la qualité et le choix le plus large

Ces perles sont produites par l’huitre Cumingi de Hyriopsis qui vit en eau douce dans plusieurs régions de Chine, principalement dans un rayon de 300 km autour de Shanghai, mais pas seulement.

L’ensemencement de l’huitre se fait surtout par l’introduction de petits morceaux de coquillages et non systématiquement par nucléonnage comme les autres huitres perlières de Tahiti, d’Akoya ou d’Australie : elle est donc naturellement recouverte de couches de nacre plus nombreuses que les perles nucléonnées. La production peut atteindre jusqu’à 50 perles dans une même huitre.

Les perliculteurs Chinois ont depuis les années 1970 amélioré constamment la qualité de ces perles pour obtenir aujourd’hui des perles de très grande beauté, d’un lustre parfait, et d’un diamètre de 2 à 10 mm, offrant des nacres épaisses aux reflets profonds.

Les perles d'eau douce peuvent offrir de nombreuses variations de couleurs et de formes, grâce aux techniques de teinte. Le spectre des couleurs s’est élargi : noire, lavande, rose, champagne, pêche, crème… autant de couleurs sur lesquelles les Bijoutiers imaginent de nouvelles collections.

Bague et perle d’eau douce de la collection Les Larmes des Dieux, Gautrey Paris

Perles d’Akoya (Fucata et Martensi de Pinctada) : la reine des perles blanches

Traditionnellement, l’huitre Japonaise est une petite huître qui ne produit qu’une à deux perles seulement : la Fucata de Pinctada et la Martensi de Pinctada (huitres d’eau de mer froide). En fonction de la taille de l’huître, les perles peuvent atteindre une taille de 3 à 10mm. La sélection de ces perles est impitoyable quant à leur forme (très ronde) et leur couleur.

La technique de nucléonnage est classique : implantation d’un nucléon (petite bille) dans le manteau de l’huitre par voie chirurgicale, et qui, avec le temps, va finir par enrober cette petite perle de plusieurs couches de nacre successives jusqu’à la recouvrir totalement.

Réputées pour leur lustre et leur couleur blanche intense, les perles d’Akoya sont particulièrement valorisées par l’industrie perlicultrice japonaise dans le monde entier. Leur brillance et leur lustre sont obtenus par des traitements de blanchiment post-production ce qui permet aussi des reflets crèmes et rosés.

Ces perles ont été les premières perles nucléonnées. Cette technique, dans laquelle s'est illustré Kokichi Mikimoto, l'inventeur historique de la perliculture, a essaimé dans de nombreux pays depuis 1905.

Perles de culture de Tahiti (Pinctada Margaritifera) : la perle noire par excellence


Les perles de Tahiti proviennent de l'huître Pinctada Margaritifera, qui vit en Polynésie Française et dans le Pacifique Sud. Ces grosses huîtres produisent des perles nucléonnées de 8 mm et 20 mm de diamètre dont la majeure partie de la production varie de 10 mm et 12 mm.

La perle de Tahiti est une perle de culture de couleur naturelle provenant de la greffe de l’huître perlière Pinctada margaritifera, variété cumingii et d'un élevage rigoureux très sélectif en milieu naturel : les conditions d'exploitation de ces huitres sont soumises à des normes environnementales de long terme, pour lesquelles l'ensemble des critères d'éco-responsabilité sont contrôlés. Elle est élevée exclusivement en Polynésie Française depuis plus de 80 années. La technique du nucléonnage a été reprise dans d'autres régions du monde, mais cette perle reste unique par ses couleurs et ses orients.

Les couleurs de ces perles noires sont extraordinaires : elles varient du gris anthracite, en passant par l’argenté, le vert pistache, le Peacock et le noir brillant avec des touches de vert, de rose ou de bleu. Pour percevoir toutes les nuances de couleur et d'orient, il est impératif de les voir les unes à coté des autres, en vrac.

Boucle d’oreille et perle de Tahiti de la collection Esprit de Tahiti, Gautrey Paris

Perles des mers du sud (Labie de Pinctada) : de belle taille et de couleur champagne


Ces perles de culture sont produites par l'huître Labie de Pinctada et la production s’étend sur les côtes australiennes, en Indonésie et dans les Philippines. Le diamètre des perles est impressionnant : de 8mm à 22mm. Cependant, la majeure partie de la production des perles est comprise entre 10mm et 14mm. La taille des perles tend à diminuer au fil des années en pourcentage de la production effective.

Les couleurs des perles de culture vont de l’argent au blanc crème et aux teintes rosées-orangées et champagne. Le lustre des perles est généralement doux et satiné, mais peu profond. Leurs couleurs sont naturelles.

Autres perles naturelles connues, mais moins utilisées en bijouterie

Mabé (Perles de Mabé) : les demi-perles
La forme des perles de Mabé est hémisphérique (demi-ronde), car les mabés se développent contre la coquille de l’huître. La production est quasi mondiale et les mabés sont considérées comme des sous-produits. La teinte va du blanc-rose au vert-bleu. Les mabés sont utilisés comme de très beaux accessoires de mode à l’instar des keshis.

Keshi : une petite perle aux multiples formes
Il s’agit d'une perle non nucléée, de forme anarchique, et considérée comme un sous-produit original de la perliculture. De très beaux keshis forment de ravissants bijoux, de style ethnique par exemple.

Biwa (Perles de Biwa) : les perles provenant des moules et non des huîtres
Il s'agit d'une perle d'eau douce qui nait non pas dans une huître, mais dans une moule. Elle tire son origine dulac Biwa, dans la région de Kobe, au Japon. Par extension, on utilise dorénavant ce terme « Perle de Biwa » pour toutes perles cultivées dans une moule d'eau douce Japonaise.

Ormeau (Perles d’ormeaux) : la perle délaissée par les amateurs de perles
Les perles d'ormeaux n'ont pas beaucoup de valeur : leur forme est souvent anthropique et il est assez rare que l'on en fasse des bijoux.

Conque (Perles de conques) : un beau coquillage luminescent
La conque est un mollusque d'eau de mer des eaux tropicales. Elle n'a pas de grande valeur.


Pour aller plus loin:

29 avril, 2016 par estelle laget
Ancien article / Nouvel article

Laisser un commentaire

Remarque: les commentaires sous sujets à validation avant d'être publiés.

Si vous appréciez notre travail et nos reportages, gardez
le contact avec nous via nos réseaux sociaux:

Restez informés de notre actualité: créations, nouveautés grâce à notre newsletter

Livre complet sur les bijoux en argent:

Découvrez le travail de l'argent, apprenez a différencier l'argent du toc

Faites de meilleurs achats en ligne ou en boutique !




 

couverture du guide des bijoux en argent

Livre complet sur l'or de vos bijoux:


Découvrez tout ce qu'il faut savoir sur l'or de vos bijoux:
qualité de l'or, or 18 k ou 14k, les différents alliages et couleurs, l'entretient de l'or ...
Faites de meilleurs achats en ligne ou en boutique !



couverture du guide sur les bijoux en or
{{ settings.pop_on_text_blog3 }}
guide sur les bijoux en argent